Évangile du dimanche 29 mai 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17, 20-26

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :  « Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.

Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. »

Évangile du dimanche 22 mai 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14, 23-29

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.

Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi.

Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. »

Évangile du dimanche 15 mai 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 13, 31-33a.34-35

Au cours du dernier repas que Jésus prenait avec ses disciples, quand Judas fut sorti du cénacle, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt. Petits enfants,c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous. Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Saint Damien apôtre des lépreux

Le Père Damien est appelé « l’apôtre des lépreux ». Sa fête est le 10 mai.

Il naît le 3 janvier 1840, en Belgique. Il est le septième enfant de Frans de Veuster, un marchand de maïs et d’Anna-Katrien.

Le 19 mars 1864, à 24 ans, il est ordonné prêtre dans la Cathédrale d’Honolulu avec deux autres séminaristes. Il est très heureux d’être prêtre-missionnaire.

Le 4 mai 1873, il répond à l’appel de l’évêque pour aider les 800 lépreux de l’île de Molokai (une île du Pacifique).

Le Père Damien est un Ami de Miséricorde. Prêtre et aussi médecin, il soigne chaque lépreux avec attention et est très joyeux. Chaque jour, il reçoit la force de servir, en priant longuement et en célébrant l’eucharistie.

Le Père Damien partage la vie des lépreux et les aide à construire un hôpital, une école, un orphelinat, etc.

Il meurt en 1895.

Le Père Damien a été canonisé le 11 octobre 2009.

Évangile du dimanche 8 mai 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10, 27-30

En ce temps-là, Jésus déclara : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes UN. »