Evangile du dimanche 10 novembre 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 20, 27.34-38

En ce temps-là, quelques sadducéens – ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus et l’interrogèrent. Jésus leur répondit : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari. Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection.

Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur  le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob. Le Seigneur n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. »

Allumer une bougie

Le 2 novembre, lendemain de la fête de la Toussaint, nous prions pour les morts c’est-à-dire les personnes qui ne vivent plus sur la terre.

Le 2 novembre ou un autre jour du mois de novembre, nous te proposons d’entrer dans une église et d’allumer une bougie ou un cierge. Devant cette bougie ou ce cierge allumé, signe de ta prière, tu peux prier un Je vous salue Marie.

A la fin du Je vous salue Marie, nous demandons à la Vierge Marie de prier « maintenant et à l’heure de notre mort ».  Nous te proposons de prier pour les enfants dans le monde qui vont mourir à cause des guerres ou de la faim et de demander à Dieu de les accueillir au Paradis.

Saint Martin

Le 11 novembre, nous fêtons saint Martin.

En Orient, les chrétiens l’appellent aussi « saint Martin le Miséricordieux ».

Martin est né en 316, en Pannonie, l’actuelle Hongrie. Son père est un soldat de l’armée romaine et à 15 ans, il devient à son tour soldat, car la loi romaine obligeait les fils de soldats à s’enrôler dans l’armée. Appartenant à la cavalerie impériale romaine, Martin est muté en Gaule. Un jour, il rencontre un pauvre grelottant de froid, il coupe son manteau en deux et lui en donne la moitié. La nuit suivante, Jésus apparaît à Martin, revêtu de ce manteau. Ces moments sont importants pour Martin qui décide de devenir chrétien.

Martin quitte donc l’armée pour rejoindre saint Hilaire à Poitiers. Avec lui, il fonde le premier monastère des Gaules, à Ligugé, en Poitou. Puis, en 371, il devient à la demande des habitants de Tours l’évêque de cette ville. Il annonce la Joie de l’Evangile en parcourant les campagnes.

Martin meurt en 397. En France, près de 500 villages portent son nom « Saint Martin ».

Evangile du dimanche 3 novembre 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19, 1-10

En ce temps-là, entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison.
 » Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. » Zachée, debout, s’adressa au Seigneur : « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Evangile du dimanche 27 octobre 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12, 32-48

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier.
L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts).

Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : ‘Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’

Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : ‘Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !’ Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »