Évangile du dimanche 30 décembre 2018

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 2, 41-52

Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand Jésus eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume. À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents.
Pensant que Jésus était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances. Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher.

C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : Jésus les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses.
En voyant Jésus, Joseph et Marie, ses parents, s furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! »
Jésus  leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.

Jésus descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère Marie gardait dans son cœur tous ces événements. Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

Évangile du dimanche 23 décembre 2018

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1 versets 39-45

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné
que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles,
l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

Évangile du dimanche 16 décembre 2018

 Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,10-18

En ce temps-là, les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! » Des publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) vinrent aussi pour être baptisés ; ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »  Des soldats lui demandèrent à leur tour : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. »
Or le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes   si Jean n’était pas le Christ. Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »

Par beaucoup d’autres exhortations encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

 

 

 

Douce nuit, sainte nuit

Le 24 décembre, avec tous les catholiques du monde nous fêterons la naissance de Jésus. C’est la Sainte Nuit de Noël. Le petit enfant Jésus, empli d’Amour miséricordieux pour tous les hommes est né. La Vierge Marie et saint Joseph prennent soin de lui.

Voici en vidéo un chant très connu :  Douce nuit, sainte nuit.

Tu peux la regarder avec tes parents ou tes grands parents. Ils chanteront sûrement avec toi.

 

 

 

 

Saint Jean l’Apôtre

 

La fête de Saint Jean l’Apôtre est le 27 décembre. Jean signifie Dieu fait grâce, Dieu fait Miséricorde.

Saint Jean est originaire d’un village de Galilée appelé Bethsaïde. Il est le fils de Zébédée, un pêcheur, et a un frère, Jacques. Tous trois pêchent sur le lac de Tibériade. Jean et son frère deviennent disciples de saint Jean le Baptiste. Un matin, Jean le Baptiste dit en leur montrant Jésus de Nazareth : « Voici l’agneau de Dieu ».  Jean devient alors aussitôt disciple de Jésus.

Saint Jean est un Ami de Jésus, un Ami de Miséricorde. Le jour de la Cène, il repose contre le Cœur de Jésus et comprend l’Amour miséricordieux infini de Jésus pour toute personne. Quand Jésus est crucifié, Jean est le seul parmi les apôtres à être là. Jésus lui confie la Vierge Marie, sa mère, et dès ce jour-là, saint Jean prit Marie, chez lui. Au matin de Pâques, Jean court et précède Pierre au tombeau. Il voit les linges  qui ont enveloppé le corps de Jésus, posés sur le sol, et il croit que Jésus est ressuscité.

Selon une tradition ancienne, saint Jean vit ensuite à Éphèse avec la Vierge Marie et il écrit le quatrième évangile. Saint Jean  répète sans cesse l’essentiel de ce que le Christ lui a enseigné : « Dieu est amour. Aimez-vous les uns les autres ».

 

Évangile du dimanche 25 novembre 2018

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 8, 33b-37

En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »
Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »
Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »
Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? »
Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »